Diagnostic plan

Plan diagnostique

Un bilan biochimique, incluant le test IDEXX SDMAMC; une analyse d’urine complète; le test SNAP® 4Dx® Plus; et une recherche de parasites et d’œufs de parasites dans les selles ont été recommandés.

L’hémogramme de Mary Jane se situait dans les limites normales et les résultats de son test SNAP 4Dx Plus étaient tous négatifs.

Diagnostic review

Examen diagnostique

Répercussions d’un bilan incomplet d’un patient en tenant compte des capacités de diagnostic d’aujourd’hui :

  • De meilleurs renseignements permettent d’obtenir de meilleurs résultats pour le patient et des discussions pertinentes avec le propriétaire de l’animal – les innovations en matière de diagnostic nous procurent l’occasion de déterminer plus précisément la pathologie, investiguer les causes sous-jacentes de la maladie et ses complications et de planifier le traitement, les soins de soutien et le suivi.

 

  • Alors que la SDMA* et la créatinine sont inversement proportionnelles au taux de filtration glomérulaire (TGF), elles varient au chapitre de la fiabilité pour évaluer la fonction rénale – contrairement à la créatinine, la SDMA n’est pas touchée par les médicaments, l’âge avancé, la race ou la masse musculaire.1,2
Diagnosis

Diagnostic

La fonction rénale de Mary Jane était normale. La créatinine ne concerne pas seulement la fonction rénale et elle était probablement augmentée en raison de la masse musculaire de Mary Jane.

Discussion

La créatinine est un produit de dégradation des muscles et, par conséquent, la concentration de la créatinine sanguine est fortement influencée par la masse musculaire des patients.

La SDMA est un indicateur plus fiable de la fonction rénale que la créatinine. Le cas de Mary Jane représente bien comment un animal de compagnie en bonne santé peut présenter un taux de créatinine supérieur à l’intervalle de référence alors que d’autres paramètres de la maladie rénale couramment évalués (p. ex., la SDMA, la densité urinaire) se situent dans les limites normales. La SDMA devrait toujours être évaluée en premier, suivie de la créatinine, afin de déterminer avec plus de fiabilité la santé des reins et la réponse au traitement.

 

Raports du patient

Rapports du patient

Résultats de laboratoire précédents

*diméthylarginine symétrique.

Références

  1. Hall JA, Yerramilli M, Obare E, Yerramilli M, Yu S, Jewell DE. Comparison of serum concentrations of symmetric dimethylarginine and creatinine as kidney function biomarkers in healthy geriatric cats fed reduced protein foods enriched with fish oil, L-carnitine, and medium-chain triglycerides. Vet J. 2014;202(3):588–596.
  2. Hall JA, Yerramilli M, Obare E, Yerramilli M, Melendez LD, Jewell DE. Relationship between lean body mass and serum renal biomarkers in healthy dogs. J Vet Intern Med. 2015;29(3):808–814.
  3. Nabity MB, Lees GE, Boggess M, et al. Symmetric dimethylarginine assay validation, stability, and evaluation as a marker for early detection of chronic kidney disease in dogs. J Vet Intern Med. 2015;29(4):1036–1044.
  4. Hall JA, Yerramilli M, Obare E, Yerramilli M, Jewell DE. Comparison of serum concentrations of symmetric dimethylarginine and creatinine as kidney function biomarkers in cats with chronic kidney disease. J Vet Intern Med. 2014;28(6):1676–1683.
  5. Hall JA, Yerramilli M, Obare E, Yerramilli M, Almes K, Jewell DE. Serum concentrations of symmetric dimethylarginine and creatinine in dogs with naturally occurring chronic kidney disease. J Vet Intern Med. 2016;30(3):794–802.